[et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »3.22.3″ custom_padding= »19px||||| »][et_pb_row custom_padding= »2px||||| » _builder_version= »3.26.3″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text _builder_version= »3.26.3″ text_font= »|||||||| » background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » text_orientation= »justified »]

Par Michal Szymkat, conseiller en financement public, Bogbi:

Mes premières impressions sur Bogota ont été bouleversantes. C’est une ville tentaculaire de plus de 8 millions d’habitants. Le temps peut changer d’une façon étonnamment rapide et le principal moyen de transport public – le Transmilenio – n’est pas vraiment la meilleure solution pour se déplacer aux heures de pointe. C’est bondé, bruyant et inconfortable. Ajoutez à cela les embouteillages et les gaz d’échappement et vous commencerez à comprendre. Mais donnez une seconde chance à cette ville et elle vous surprendra.

Le deuxième visage de Bogota – La capitale latino-américaine de la bicyclette

J’ai eu la chance d’échapper rapidement au piège du transport en commun. J’ai commencé à travailler avec Bogbi, une entreprise qui produit des vélos cargo innovants et j’ai découvert une alternative pour me déplacer qui est amusante, écologique et saine.

Bogotá dispose d’un réseau de plus de 390 km de pistes cyclables et la culture cycliste de la ville est impressionnante. Plus de 84 000 personnes utilisent chaque jour le réseau de pistes cyclables de Bogota, ce qui leur permet d’économiser de l’argent et de réduire leur empreinte écologique.

Mais ce n’est pas tout. Le vrai phénomène se produit le dimanche, lorsque les voitures sont littéralement interdites dans une grande partie des rues de la ville. Un grand total de 480 km de route est exclusivement réservé aux cyclistes, rolleurs, joggeurs et à toutes les mobilités douces. La ville semble vraiment utopique ces jours-là ; de 7h à 14h, c’est calme, paisible et futuriste.

Espérons que cette tendance commence à rattraper son retard dans d’autres villes du monde entier.

 

Quo vadis Bogotá ?

Même si le mouvement des Ciclovias (pistes cyclables en espagnol) est impressionnant, il reste encore beaucoup à faire à Bogotá. Il n’y a pas de modèle clair de ce sur quoi la ville parie. Dans son article, « Trois défis de mobilité pour Bogota », Joe Peach se demande : « Bogotá pourrait-elle être une ville où les piétons ont la priorité (comme à Barcelone), ou une ville où les cyclistes ont la priorité (comme à Copenhague), ou une ville où les transports publics sont les plus importants (comme à Paris), ou une ville où le transport automobile domine (comme à Atlanta) » ?

D’après ce que j’ai vécu, j’aimerais voir Bogota se rapprocher de Copenhague, mais pour prendre cette direction, des décisions plus responsables doivent venir d’en haut. Une stratégie éducative expliquant les droits des cyclistes devrait être mise en œuvre. En outre, une plus grande partie des pistes cyclables devrait être aménagée sur les routes occupées par les voitures, et non sur les sentiers piétonniers. De plus, l’exploration de solutions citoyennes comme celle de Bogbi devrait être encouragée.

Rencontrez Bogbi – la prochaine génération de rêveurs et d’inventeurs

Johannes Hegdahl, un copain de surf que j’ai rencontré à Lisbonne, m’a sorti de ce piège des transports publics. Récemment diplômé de l’école d’architecture et de design d’Oslo, il est arrivé à Bogotá pour aider deux pères, un Norvégien nommé Sigur Kihl et Eduardo Moreno le Colombien, à résoudre leurs problèmes de mobilité.

Ensemble, ils ont entrepris de concevoir un vélo cargo qui permettrait à leurs enfants d’aller à la maternelle en toute sécurité, de façon durable et en s’amusant. Ce fut le début de l’histoire de Bogbi, la famille colombienne et norvégienne des vélos cargo.

Au fil du temps, le trio s’est rendu compte que de plus en plus de personnes à travers le monde recherchaient une solution offrant un transport sûr, durable et favorable à la famille. L’idée de départ était née.

Aller de l’avant

Les alternatives pour une mobilité propre sont toujours disponibles, parfois nous avons juste besoin qu’on nous montre la bonne façon de faire les choses. Le vélo est depuis longtemps l’une des alternatives, et la conception du vélo cargo né à Bogotá permet à toute une famille de s’amuser sur deux roues. De plus, il permet de sensibiliser les plus jeunes d’entre nous aux problèmes de mobilité et à leurs solutions.

Des initiatives telles que Ciclovia et Bogbi ouvriront certainement la voie à des solutions de micro-mobilité plus durables et aideront Bogotá à mieux naviguer dans son labyrinthe de mobilité.

Article publié initialement sur Urban Mobility Daily

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]