[et_pb_section admin_label= »section »] [et_pb_row admin_label= »row »] [et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text »]

Sur la Terre, bien qu’elles n’occupent que 2 % de la surface, nos villes sont responsables de 80 % des émissions de gaz à effet de serre. Face à l’enjeu qu’elles connaissent et pour sauver la planète, les métropoles doivent envisager dès maintenant leur transition énergétique, et faire tout le nécessaire pour utiliser davantage d’énergies renouvelables, tout en limitant leur empreinte carbone. Dans certaines « smart cities » particulièrement avancées, on a dépassé la prise de conscience et on agit déjà pour créer un modèle reproductible partout dans le monde. C’est le cas sur le territoire de Masdar, une ville d’Abou Dabi qui s’impose comme un véritable laboratoire du futur.

Sur ce territoire des Émirats arabes unis, on a lancé la conception de bâtiments à énergie positive, on réfléchit aux alternatives pour produire le moins de déchets possible et on met en place des dispositifs de lutte contre le réchauffement climatique. Désormais, les habitants peuvent également compter sur un nouveau mode de transport autonome et écologique, l’AUTONOM SHUTTLE. En effet, la smartville se développe avec l’arrivée d’une navette intelligente, qui permettra à quelque 4 500 résidents de facilement rallier le centre-ville depuis les parkings.

Zoom sur Masdar, une ville intelligente qui s’impose comme un modèle

L’engagement d’un exportateur de pétrole à développer un modèle plus vert

Si Masdar affiche clairement son aspiration à se présenter comme une ville zéro carbone et zéro déchet, le projet se veut encore plus ambitieux. Plus concrètement, dans ce pays membre de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), on cherche à développer des alternatives à cette énergie et à impulser un modèle susceptible de s’appliquer partout ailleurs, pour réduire l’empreinte carbone de chaque territoire.

Symboliquement, cet engagement fort de la part d’un pays comme Abou Dabi – qui possède des milliards de barils de pétrole en réserves – montre que les dirigeants sont également tournés vers de nouvelles dynamiques de croissance. En marge de cette économie centrée sur le pétrole, ils souhaitent créer de la valeur avec ces villes intelligentes, qui n’ont pas d’impact sur la planète, et qui permettent aussi de rendre les administrations plus performantes, les modes de vie plus simples et la progression économique plus « verte ».

Une approche pluridisciplinaire de la smart city

Les objectifs ambitieux de Masdar, dans son développement, ne se réduisent pas à la production d’énergies renouvelables et au zéro déchet. Plus largement, il s’agit de trouver des solutions pour optimiser les ressources, de déployer la notion de citoyenneté collaborative, de faciliter une gouvernance numérique qui respecte les vies privées, ou encore de mettre en place un maximum de transports écologiques et automatisés.

À ces fins, l’entreprise Masdar Power a été ouverte pour construire et exploiter des réseaux d’électricité renouvelable, basés sur les panneaux photovoltaïques, l’éolien ou le solaire par concentration thermique. En parallèle, la société Masdar Carbon initie divers projets de réduction des émissions de CO2, et Masdar Capital rassemble les participations les plus prometteuses pour développer les technologies énergétiques à l’avenir. Avec d’autres constructions comme Masdar Institute (enseignement, recherche), toutes ces entités contribuent à l’équilibre de la ville, pensée comme un écosystème reposant sur une circulation optimale des informations et une gouvernance intelligente.

Choisir des navettes autonomes et écologiques : une évidence !

Les transports, un sujet prépondérant à Masdar

 Pour développer son concept de ville zéro carbone, Masdar affiche son ambition et privilégie les modes de transport doux, et de  en faisant la promotion  d’un modèle de ville sans voiture.

Dans ce contexte, Masdar City a profité de la semaine de la Durabilité d’Abou Dabi, en janvier 2018, pour organiser un concours industriel mondial visant à choisir le fabricant de véhicules électriques autonomes qui équiperait la ville. NAVYA a été sélectionnée et, après une phase pilote, la première utilisation opérationnelle de la technologie NAVYA en Moyen-Orient a été lancée.

 En 2019, il est prévu que le service de navettes autonomes de Masdar compte 7 AUTONOM SHUTTLES. Il s’agira de navettes de 12 places, qui feront la liaison entre les parkings et le centre-ville. Plus tard, leur parcours sera encore étendu, notamment pour rejoindre le complexe Etihad Eco Residence et le centre commercial My City Centre Masdar, dont l’inauguration est prévue en 2019.

Des navettes intelligentes et adaptées à l’environnement de Masdar

Pendant toute la période de test, NAVYA a veillé à apporter les modifications nécessaires pour que les AUTONOM SHUTTLES fonctionnent de manière optimale sur le territoire d’Abou Dabi. À titre d’exemple, puisque la chaleur excessive pouvait nuire à la batterie, la conception a été adaptée pour le climat chaud et humide propre à Masdar.

Selon Youssef Baselaib, directeur exécutif du développement durable de l’immobilier à Masdar, l’introduction des navettes NAVYA dans la métropole correspond totalement à la philosophie initiale de la ville. Elle permettra de continuer à offrir un confort de vie optimal aux habitants, sans renoncer à proposer des solutions de déplacement écologiques, sans augmenter l’empreinte carbone du territoire.

[/et_pb_text][/et_pb_column] [/et_pb_row] [/et_pb_section]