[et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »3.22.3″ custom_padding= »0px||||| »][et_pb_row _builder_version= »3.22.3″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » custom_padding= »12px||||| »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″][et_pb_text _builder_version= »3.0.74″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » min_height= »1109px »]

Les véhicules propres, qui fonctionnent avec des énergies renouvelables, regroupent tous les atouts nécessaires pour accélérer la transition énergétique de nos villes. S’ils émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les voitures classiques, ils ouvrent également l’accès à une forme d’indépendance énergétique tout à fait avantageuse. Pour de nombreuses raisons pratiques, nos métropoles ont intérêt à miser sur ces modes de transport : en voici quelques-unes.

Augmenter la qualité de l’air sans freiner la mobilité

Ces dernières années, les grandes villes ont dû (à plusieurs reprises) déclencher des plans pour restreindre les usages de la voiture, dans des périodes où elles atteignaient des pics de pollution atmosphérique. Quand seules les voitures avec une plaque d’immatriculation impaire, par exemple, ont le droit de rouler dans Paris, certains se trouvent en difficulté et doivent complètement bouleverser leur routine pour aller au travail, ou se présenter à des rendez-vous.

Electric car in Amsterdam

En accélérant le passage aux véhicules propres, tant sur les flottes de transports collectifs et de voitures de société que du côté des automobilistes, on réduira ces problématiques de pollution de l’air. À bord de voitures électriques ou de navettes autonomes et vertes, tout le monde pourra effectuer ses déplacements habituels, sans polluer plus et sans angoisse supplémentaire. Un gain de confort qui ne s’obtiendra pas au détriment de la planète.

 

Résoudre les problématiques du dernier kilomètre

Pour les transporteurs, le dernier kilomètre coûte cher, demande beaucoup de temps et engendre une pollution supplémentaire quand on roule à bord d’une camionnette. Le poids des émissions de CO² résultant simplement de la circulation des livreurs professionnels, dans des villes comme Paris, n’est pas négligeable.

En remplaçant les véhicules habituels par des alternatives plus propres, on facilitera la mobilité tout en réduisant les coûts de transport et l’empreinte écologique des sociétés concernées. Bien qu’un investissement financier demeure obligatoire, celui-ci profitera finalement à tout le monde.

 

Mobiliser de nouvelles ressources pour gagner de l’argent

 

Entièrement intégrés dans les smart cities, les véhicules électriques pourraient impulser un mode de vie plus intelligent pour leurs utilisateurs. Par exemple, certains travaillent actuellement sur l’ajout de panneaux solaires au niveau du toit des voitures. Ils serviraient essentiellement à recharger la batterie de l’automobile, mais pas seulement.

Parce que les ingénieurs conçoivent aussi des systèmes de stockage de l’énergie, le surplus éventuellement produit pourrait notamment alimenter la maison en électricité. Ou alors, il suffirait de brancher sa voiture sur une borne de recharge pour réinjecter de l’électricité sur le réseau, et gagner de l’argent.

Le potentiel des véhicules électriques apparaît aujourd’hui comme partiellement exploré : on sait qu’il peut apporter énormément de bénéfices aux villes, aux entreprises et aux individus. Mais les prochaines innovations pourraient encore accroître leur attractivité, simplifier leur utilisation et les rendre plus efficaces. C’est pourquoi en 2019, nous devons plus que jamais miser sur les voitures électriques, ou fonctionnant avec des énergies renouvelables, dans le but de moderniser le parc existant.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Enter Your Comments Here..